Le Rappel du Vendredi

Des splendeurs du Paradis



Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit:
« Allah a dit: J’ai préparé pour mes serviteurs pieux ce qu’aucun oeil n’a vu, ce qu’aucune oreille a entendu et ce qu’aucun coeur n’a jamais imaginé. Lisez si vous le voulez: -Dans une ombre étendue- [Sourate Al Waqi’a n°56 verset 30].
L’espace d’un fouet dans le paradis est meilleur que la vie d’ici-bas et tout ce qu’elle contient, lisez si vous le voulez: -Quiconque est écarté du feu et rentre dans le paradis a certes réussi- [Sourate Ali Imran n°3 verset 185] ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°3292 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Tirmidhi)


عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : يقول الله أعددت لعبادي الصالحين ما لا عين رأت ولا أذن سمعت ولا خطر على قلب بشر اقرؤوا إن شئتم وظل ممدود وموضع سوط من الجنة خير من الدنيا وما فيها واقرؤوا إن شئتم فمن زحزح عن النار وأدخل الجنة فقد فاز 

(رواه الترمذي في سننه رقم ٣٢٩٢ و صححه و صححه أيضاً الشيخ الألباني في تحقيق سنن الترمذي
)
Publicités

Le Rappel du Vendredi


Salut Salam mes beautés aujourd’hui je vous retrouve pour un rappel: Une petite histoire sur l’amour d’une mère envers son enfant. Voilà bonne lecture.

Ma mère n’avait qu’un seul oeil. Je la détestais… Elle était
comme un fardeau. Elle cuisinait pour les élèves et les
professeurs, pour apporter son soutien à la famille.
Mais il y a eu ce jour, pendant que j’étais en primaire, ma mère
était venue me dire bonjour. J’étais si embarrassé. Comment
pouvait-elle me faire sa ? Je l’ai ignorée, et je lui ai jeté un
regard rempli de haine et je me suis enfui. Le lendemain, à
l’école, un de mes camarades m’a dit : « heeee, ta mère n’a qu’un
oeil !! « .
Je voulais me brûler tout entier.
Je voulais également que ma mère disparaisse !!
Donc je suis allé la voir ce jour, et je lui ai dit : « Si tu veux
que je ris un peu, pourquoi tu ne meurs pas ??? »
Ma mère n’a pas répondu…
Je n’ai pas eu le temps de penser, une seconde à ce que je disais,
parce que j’étais sous l’emprise de la colère. Je m’en moquais
éperdument de ses sentiments. Je voulais qu’elle s’en aille de
cette maison, je ne voulais plus d’elle. Ainsi j’ai étudié très
dur, et j’ai obtenu la chance d’aller à Singapour pour étudier.
Puis je me suis marié. Je me suis acheté moi-même, une maison. J’ai
eu des enfants.
J’étais heureux de ma vie, de mes enfants, et de tout ce que
j’avais. Jusqu’au jour où ma mère est venue me rendre visite. Elle
ne m’avait pas vu depuis de très nombreuses années, et n’avait ni
vu ses petits enfants. Quand elle est arrivée sur le pas de la
porte, mes enfants se sont moqués d’elle, et moi, je l’ai accusée
d’être venue sans être invitée !
Je lui ai hurlé : « Comment oses-tu venir chez moi, et faire peur à
mes enfants !! DEGAGE D’ICI, MAINTENANT !! » Et à cela, ma mère a
calmement répondu : « Oh, je suis désolée. J’ai dû me tromper de
maison. » et elle a disparu jusqu’à ce que je ne la voie plus.
Un jour, une lettre à propos d’une réunion scolaire, est venue à la
maison, à Singapour.
J’ai menti à ma femme prétextant un voyage touristique. Après la
réunion, je suis allé à la vieille cabane, simplement par
curiosité. Mes voisins m’ont dit qu’elle était morte.
Je n’ai pas versé une seule larme. Ils m’ont donné une lettre
qu’elle voulait que je lise :
« Mon cher fils, Je pense à toi tout le temps. Je suis désolé d’être
venue à Singapour et d’avoir fait peur à tes enfants. J’étais si
heureuse quand j’ai appris que tu venais ici pour la réunion
scolaire. Mais je ne pourrais pas me lever du lit cette fois ci,
pour venir te voir. Je suis désolée d’avoir été un fardeau constant
pour toi, pendant que tu grandissais. Tu vois….. quand tu étais
très petit, tu as eu un accident, et tu as perdu un oeil. En tant
que mère, je ne supportais pas de te voir grandir avec un seul
oeil. Alors je t’ai donné le mien. J’étais si heureuse de mon fils,
qui grandissait et qui voyait un tout nouveau monde pour moi, à ma
place, avec cet oeil.
Avec mon amour pour toi. »

Je finirai donc cela avec un hadith sur l’importance de la mère:

Imam As-Sadiq (que la Paix soit sur lui) rapporte qu’un jour une personne s’approcha du Noble Prophète (que la Paix soit sur lui et sur sa Famille) et demanda:

« Ô Prophète d’Allah ! Envers qui devrais-je faire preuve de bonté et de gentillesse ? » Le Noble Prophète répondit: « Envers ta mère. »

L’homme demanda ensuite: « Et après cela, envers qui d’autre ? » Le Saint Prophète lui dit encore: « ta mère ».

Il demanda de nouveau: « Et après ? » Une fois de plus, il répondit: « ta mère ».

Pour la quatrième fois, l’homme interrogea: « Et ensuite ? »

À ce moment-là, le Saint Prophète (saw) répondit: « (Ensuite, envers) ton père ». (Biharoul Anwar, volume 74, page 49)
Voili voilou je vous fais pleins de bisous et vous dis à très bientôt mes libellules.
♥ ♥ ♥

L’islam et ses Femmes: Khadija #1

Salut Salam mes beautés aujourd’hui je crée ce nouveau sujet intitulé « L’islam et ses Femmes » où je vous raconterai le récit de ces femmes qui ont contribué a la construction de notre histoire.  Je commencerai donc  par l’histoire de Khadija radi allahu ranha, la première femme de notre prophète Mohammed (PBSL). Bien sure le récit de sa vie se fera en plusieurs parties, et nous commençons tout de suite. Bonne lecture


C’est en l’an 555 ou 556 que naquit Khadija fille de Khouaylid Ibn Assad Ibn Abd Uzza, dont la filiation remonte jusqu’à Ismaël (BSL), le fils d’Abraham (BSL). Sa grande bonté et sa beauté lui valurent le surnom de La Pure. Les femmes venaient la consulter lors de moment de crise, on l’appela alors « la Maitresse des dames de Qoreich »

A la mort de son père lors de la guerre des Libertins elle hérita de ses biens, et par sa sagesse et son intelligence elle fit fructifier ses richesses. Et alors en plus d’être une femme respectée, elle fut la femme à posséder les plus grandes caravanes. Dès lors elle devint une femme importante à la Mecque.

Dès qu’elle put se marier les jeunes hommes les plus beaux, les plus fortunés et descendant des plus grandes familles de Qoreïch vinrent demander sa main. Mais malheureusement la plupart n’étaient intéressés que par sa beauté ou par sa fortune. C’est pourquoi Khadija élu le meilleur d’entre eux : Atiq Ibn Aïd de la tribu de Makhzoum. Mais il décéda peut de temps après leurs mariage. Une fois la durée de son deuil achevé, les meilleurs se présentèrent à nouveau à sa porte mais se n’est que son premier mari oublié qu’elle se remaria. Ce fut avec Abou Hala Ibn Zourara, l’un des hommes les plus honorables de Qoreïch. Elle lui donna deux enfants Hala et Hind. Mais encore une fois son époux décéda.

Elle refusa alors toutes demandes en mariage préférant s’occuper de l’éducation de ses enfants et à son commerce. En été et en hiver les caravanes se rendaient en Syrie et au Yemen. Khadija choisissait pour faire partie de ses caravanes les commerçants les plus experimenté de Qoreïch et ccertains de ses esclaves.

Lors du départ des caravanes, lorsqu’elle eu quarante ans, nombreux étaient les commerçants qui voulaient faire partie du voyage. Elle entendit alors parler d’un homme dont tous parlaient à la Mecque. On disait de lui qu’il était autoritaire, droit et honnête.Tout ceux qui avait eu l’occasion de voyager pour la Syrie en sa compagnie pouvaient apprécier sa patience, son comportement admirable envers ses compagnons de voyage et sa grande sagesse dans la gestion des difficultés qu’ils rencontraient.

Apprenant tout cela Khadija demanda à ce que l’on fasse appel a lui pour qu’il fasse partie du prochain voyage en Syrie.


C’est la fin de cette première partie de l’histoire de Khadija radi allahu ranha. J’espère qu’elle vous aura plus. Si vous avez mettez les moi en commentaire. Aller je vous fais plein de bisous et vous dit à très bientôt pour de nouvelles aventures.