L’islam et ses Femmes: Khadija #1

Salut Salam mes beautés aujourd’hui je crée ce nouveau sujet intitulé « L’islam et ses Femmes » où je vous raconterai le récit de ces femmes qui ont contribué a la construction de notre histoire.  Je commencerai donc  par l’histoire de Khadija radi allahu ranha, la première femme de notre prophète Mohammed (PBSL). Bien sure le récit de sa vie se fera en plusieurs parties, et nous commençons tout de suite. Bonne lecture


C’est en l’an 555 ou 556 que naquit Khadija fille de Khouaylid Ibn Assad Ibn Abd Uzza, dont la filiation remonte jusqu’à Ismaël (BSL), le fils d’Abraham (BSL). Sa grande bonté et sa beauté lui valurent le surnom de La Pure. Les femmes venaient la consulter lors de moment de crise, on l’appela alors « la Maitresse des dames de Qoreich »

A la mort de son père lors de la guerre des Libertins elle hérita de ses biens, et par sa sagesse et son intelligence elle fit fructifier ses richesses. Et alors en plus d’être une femme respectée, elle fut la femme à posséder les plus grandes caravanes. Dès lors elle devint une femme importante à la Mecque.

Dès qu’elle put se marier les jeunes hommes les plus beaux, les plus fortunés et descendant des plus grandes familles de Qoreïch vinrent demander sa main. Mais malheureusement la plupart n’étaient intéressés que par sa beauté ou par sa fortune. C’est pourquoi Khadija élu le meilleur d’entre eux : Atiq Ibn Aïd de la tribu de Makhzoum. Mais il décéda peut de temps après leurs mariage. Une fois la durée de son deuil achevé, les meilleurs se présentèrent à nouveau à sa porte mais se n’est que son premier mari oublié qu’elle se remaria. Ce fut avec Abou Hala Ibn Zourara, l’un des hommes les plus honorables de Qoreïch. Elle lui donna deux enfants Hala et Hind. Mais encore une fois son époux décéda.

Elle refusa alors toutes demandes en mariage préférant s’occuper de l’éducation de ses enfants et à son commerce. En été et en hiver les caravanes se rendaient en Syrie et au Yemen. Khadija choisissait pour faire partie de ses caravanes les commerçants les plus experimenté de Qoreïch et ccertains de ses esclaves.

Lors du départ des caravanes, lorsqu’elle eu quarante ans, nombreux étaient les commerçants qui voulaient faire partie du voyage. Elle entendit alors parler d’un homme dont tous parlaient à la Mecque. On disait de lui qu’il était autoritaire, droit et honnête.Tout ceux qui avait eu l’occasion de voyager pour la Syrie en sa compagnie pouvaient apprécier sa patience, son comportement admirable envers ses compagnons de voyage et sa grande sagesse dans la gestion des difficultés qu’ils rencontraient.

Apprenant tout cela Khadija demanda à ce que l’on fasse appel a lui pour qu’il fasse partie du prochain voyage en Syrie.


C’est la fin de cette première partie de l’histoire de Khadija radi allahu ranha. J’espère qu’elle vous aura plus. Si vous avez mettez les moi en commentaire. Aller je vous fais plein de bisous et vous dit à très bientôt pour de nouvelles aventures.
Publicités